Analyse de risques et définition des emplacements dangereux dans une station de traitement et d’épuration des eaux usées

BBA a été mandatée pour réaliser une analyse des emplacements dangereux pour la station d’épuration des eaux usées de la Ville de Montréal. Pour cette installation, la deuxième plus importante au monde, la définition des emplacements dangereux – aussi appelée « classification électrique » –sur la base de principes généraux et conservateurs tels que ceux préconisés par la norme NFPA-820, n’était pas du tout adaptée à la réalité de la station.

Client : Ville de Montréal, Station d’épuration des eaux usées
Lieu : Montréal, Québec

LES SOLUTIONS DE NOS EXPERTS

BBA a donc opté pour une analyse personnalisée basée sur la définition des risques spécifiques associés à la réalité du procédé ayant pour résultat une classification optimisée. En plus de représenter une économie de coûts substantielle pour la Ville de Montréal, l’adoption d’une telle approche a permis de définir précisément les risques réels encourus à la station, et ainsi cibler les actions correctives à mettre en place

Nos experts ont d’abord identifié tous les « scénarios de risques », c’est-à-dire les conditions nécessaires pour qu’un dégagement de gaz ou de vapeurs inflammables se produise et qu’une atmosphère explosive soit potentiellement présente. Grâce à une approche d’étude adaptée à la réalité du site, aux conditions d’opération, à la nature des effluents en présence et suite à l’analyse de l’historique des activités couvrant une période de plus de 40 ans, des solutions de contrôle et de mitigation ont été proposées. Parmi les solutions mises en place, notons la ventilation spécifique (captage à la source), la ventilation générale (dilution), la détection de gaz et le renforcement de la gestion, de la maintenance et de la sensibilisation du personnel.

Un rapport d’étude complet pour la station principale de traitement des eaux usées (Station d’épuration Jean-R. Marcotte) ; ce dernier comprenait notamment :

  • Les résultats de l’analyse historique de la Station d’épuration (témoignages, historique d’évènements);
  • La description des « scénarios de risques » associés aux procédés de traitement des eaux;
  • L’identification des stratégies et des solutions à mettre en place pour optimiser la classification des emplacements dangereux;
  • Un ensemble de dessins de classification (incluant un plan maître de la station d’épuration) permettant d’identifier les emplacements dangereux et faisant état des conditions retenues pour l’analyse.

BBA a aussi préparé un guide pratique pour la centaine de sous-stations de pompage du réseau municipal, certaines datant de près de cinquante ans. Ce document était notamment constitué par un logigramme permettant au propriétaire d’établir lui-même la classification applicable aux sous-stations existantes. Enfin, nos experts ont également défini les critères de conception de plusieurs usines de pompage en réfection, permettant à la Ville de Montréal de réaliser d’importantes économies.

Nos experts ont su relever le défi de fournir au Client des outils d’optimisation de la classification des emplacements dangereux faciles à comprendre et à utiliser.

DANS LES MOTS DE L’EXPERT…

« Grâce à l’approche d’optimisation de BBA, il a été possible de réduire de manière significative les impacts de la classification, tout en améliorant la maîtrise du risque à la source.  »

Jacques-Olivier Gauvin, ing., Directeur du projet, BBA

EN CHIFFRES

  • Plus importante usine de traitement des eaux usées au Canada
  • Débit moyen de 25 m3/s
  • Plus de 100 sous-stations de pompage en exploitation 24/7 sur le réseau

VOUS AVEZ UN DÉFI SEMBLABLE À RELEVER?